Très grande nouvelle pour les femmes qui ont de grosses fesses

Loading...

Il parait que pour être une belle femme aujourd’hui, il faudrait avoir un vente bien plat et des jambes toutes fines. Pourtant, les femmes rondes ont aussi leurs atouts. D’ailleurs une étude scientifique vient d’annoncer que les femmes qui ont de grosses fesses sont plus intelligentes et ont un risque moindre de souffrir de maladies chroniques.

L’accumulation de la graisse chez les femmes peut se faire à différents endroits notamment le ventre, les hanches, les cuisses ou les fesses en fonction de la morphologie de chacune. Mais si l’excès de la graisse peut causer de la gêne à certaines femmes, des chercheurs de l’Université d’Oxford et du Churchill Hospital au Royaume-Uni viennent les rassurer en démontrant qu’avoir des fesses généreuses améliore la santé globale de la femme.

Toutes les graisses ne se valent pas

D’après ces chercheurs, la répartition de la graisse dans le corps est importante, mais il est préférable d’en avoir sur la partie inférieure à savoir sous la taille, car cela aide à servir de barrière contre les maladies cardiaques, le diabète et d’autres affections liées à l’obésité. Les scientifiques ont affirmé dans le Journal of Obesity que le bas du corps représente la partie protectrice du corps.

Loading...

Le Dr Robert Kushner, professeur de médecine spécialisé dans l’obésité au Northwestern Memorial Hospital de Chicago, a déclaré que la graisse du ventre est plus active sur le plan métabolique, ce qui signifie qu’elle a un plus grand effet sur le cerveau et l’ensemble du corps, par rapport à la graisse stockée dans la moitié inférieure, qui tend à être plus stable et invoque moins de cytokines ou de protéines associées à la résistance à l’insuline et au début du diabète.

De ce fait, les personnes souffrant de graisse abdominale ont plus de problèmes liés à l’obésité que celles qui ont un surplus de poids sur les hanches, les cuisses et les fesses.

La résistance à la leptine peut être la principale anomalie biologique dans l’obésité

Un autre facteur lié à la répartition des graisses chez les femmes est la leptine. Les niveaux de leptine, essentiels pour réguler l’appétit, sont également corrélés avec des fesses plus généreuses. Chez les personnes qui sont obèses, leur cerveau cesse de répondre à l’hormone entièrement, ce qui entraîne la personne à développer une résistance à la leptine, qui est similaire à la résistance à l’insuline.

 

Loading...